Figue de Barbarie, la culture de l’or vert du Maroc

La Figue de Barbarie, un fruit riche en pulpe et en graines

Une figue de barbarie peut contenir 50% de jus et environ 4% de graines. De surcroit, de ces graines peuvent être extrait en moyenne 3% de leur poids en huile de Figue de Barbarie. Ainsi, pour produire 1 litre d’huile, il faut environ 30kg de graines extraites de plus d’1 tonne de figues de barbarie.

Figuiers de Barbarie - figue de barbarie Ayda

Figuiers de Barbarie

Les origines de la Figue de Barbarie

Le figuier de barbarie est une plante originaire d’Amérique Centrale de la famille des Cactacées, appelées « Cactaceae ».

Aussi, cette plante est cultivée dans des terres arides et s’acclimate facilement aux climats chauds et secs.

Le figuier de barbarie est caractérisé par ses tiges en forme de raquettes épaisses, elliptiques et épineuses, ses fleurs et son fruit riche en vitamine C, que l’on appelle la Figue de Barbarie.

De plus, au printemps, sur le figuier de barbarie, éclosent des fleurs dont les couleurs peuvent varier d’une espèce à une autre : jaune pâle ou vif, jaune souffre ou satiné.

Fleur d'Opuntia - figue de barbarie Ayda

Fleur d’Opuntia

Par ailleurs, les deux espèces les plus connues de figuier de barbarie sont l’Opuntia Ficus Indica et l’Opuntia Vulgaris. Tout d’abord, le premier est très connue pour son fruit épineux, à l’intérieur rouge, jaune ou vert blanchâtre que l’on appelle Figue de Barbarie. Le second donne des fruits violets et rouges plus lisses que l’Opuntia Ficus Indica.

Opuntia Vulgaris et Opuntia Ficus Indica - figue de barbarie Ayda

Opuntia Vulgaris (à gauche) et Opuntia Ficus Indica (à droite)

L’exploitation de la Figue de Barbarie

De nombreuses utilisations et produits sont obtenus à partir du figuier de barbarie.

Tout d’abord, la Figue de Barbarie, ainsi que les jeunes bourgeons, aux nombreuses valeurs nutritives, se dégustent de différentes manières. Notamment en dessert après avoir dépourvu la Figue de Barbarie de sa peau. Egalement en confiture, compote ou pâte de fruit.

De plus, elle peut aussi être macérée en huile (à ne pas confondre avec l’huile de graines de Figue de Barbarie) et, après fermentation, en boisson non alcoolisée.

Les graines sont, pour leurs parts, exploités pour produire l’huile de Pépins de Figue de Barbarie. Elle est riche en vitamine E avec des vertus sans égales sur le marché des huiles naturelles.

Par ailleurs, les raquettes sont aussi utilisées en cuisine. Elles peuvent être directement consommées en salade ou en friture.

La fabrication minutieuse de l’huile de graines de Figue de Barbarie

L’huile de Pépins de Figue de Barbarie 100 % naturelle est obtenue par pression à froid au travers d’un processus codifié. En effet, il faut tout d’abord récolter les figues tout en vérifiant qu’elles sont suffisamment mûres. Aussi, au Maroc, cette période de récolte, se situe entre les mois de juillet et de septembre.

Figues de Barbarie - figue de barbarie Ayda

Figues de barbarie

Par la suite, les figues sont épluchées puis lavées pour enfin les dépulper et collecter exclusivement les précieuses graines de Figue de Barbarie. Tandis que la pulpe collectée séparément des graines est utilisée pour fabriquer de la confiture de Figue de Barbarie.

Figues de Barbarie sans la peau - figue de barbarie Ayda

Figues de Barbarie sans la peau

Ensuite, les graines sont lavées à nouveau puis séchées afin d’en réduire le taux d’humidité. Par conséquent, cette étape est essentielle et elle doit être réalisée avec minutie afin de sécher à bon niveau les graines. Ainsi, des graines trop séchées produiraient peu d’huile de Figue de Barbarie ou, pire, seraient inexploitables.

Graines de Figue de Barbarie - figue de barbarie Ayda

Graines de Figue de Barbarie

En fin de compte, les graines séchées sont pressées afin d’en extraire la précieuse huile de Figue de Barbarie. Pour finir, elle sera filtrée pour en extraire l’huile sans les possibles résidus générés pendant la phase de pressage.

Ainsi, les rendements de production de l’huile de Figue de Barbarie sont très faibles et dépendent de plusieurs caractéristiques. En effet, la maturité du fruit, la période de récolte mais aussi les méthodes de production sont des données à prendre en compte.